Association

L’association La Note Bleue a été fondée par le Dr Alain Meunier (psychiatre, psychanalyste) il y a environ 30 ans.

Elle a été créée à l’origine pour soutenir et aider les adolescents en souffrance. Mais avec le temps, ce sont essentiellement des adolescents souffrant de troubles du comportement alimentaire qui étaient demandeurs. C’est pourquoi l’association s’est modifiée et consacrée à cette maladie.

La Note Bleue avait alors développé un standard téléphone dédié à l’écoute pour orienter, conseiller, soutenir les personnes souffrant d’anorexie ou de boulimie, gérer par des anciennes malades. Des groupes de parole se sont aussi constitués.

Aujourd’hui, La Note Bleue vous propose ce blog pour pouvoir éclairer, mieux comprendre et aider les personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie, hyperphagie). Il tente de sensibiliser et répondre aux questions concernant ce sujet.

L’association propose aussi des groupes de parole et ateliers thérapeutiques, pour accélérer le processus de guérison.

Il existe en France 2 antennes, Paris et Nantes et sa région. Pour nous joindre :

Nous espérons que ce blog vous apportera des réponses et vous sensibilisera au vaste sujet que son les troubles du comportement alimentaire.

9 Responses to Association

  1. Gwenaëlle says:

    Bonjour !

    Enfin guérie d’anorexie, j’aimerai bien pouvoir aider celles et ceux qui sont encore atteint de cette maladie. Car seul, c’est très difficile. Je voudrais discuter et pouvoir leur donner un petit coup de pouce afin d’aller mieux.

    Alors avec un grand respect pour vous et ce que vous faites, j’ai très envie de faire partie de votre association.

    Cordialement ! A très vite !

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,
      Merci beaucoup! Et merci pour votre aide. Je vous propose de nous envoyer un mail en rappelant votre proposition et avec vos coordonnées pour que l’on voit ensemble ce que l’on peut mettre en place, le tout, à l’attention de Myriam et Chloé.

      A bientôt,

      Aude Réhault

  2. tatiana says:

    bonjour
    j ignore si laissez un message ici est approprié et d avance ttes mes excuses si tel n etait pas le cas
    j ai 25 ans et je souffre de crises de boulimie depuis le debut de l adolescence vers 12 13 ans
    accompagnées de périodes anorexiques , de troubles de l humeur et surement aussi de dépression
    des periodes plus ou moins longues de « mieux » et de « pires » se succèdent depuis des années et ce cycle m epuise , mon poid varie de 20 kilos en une année et à la fin je ne parviens plus a perdre tts les kilos pris et je vois la balance et mes jeans me demontrer quau fil du temps je perd totalement le controle
    cette année ma value 24 kilos de plus je fesai 49 kilos il y a 14 mois j atteins presque les 74 kilos maintenant ( en fait chaque mois je perd trois kilos mais j en reprend 2 a 4 )
    enfin bon on m a parlé de votre association et j espere pouvoir trouvé une solution
    comment procède t on pour entrer en contact avec vous ?
    merci d avoir pris le temps de me lire et encore pardon si l endroit est innaproprié
    courage a tous et merci encore

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,

      L’endroit est approprié! Il serait plus facile d’échanger en direct avec vous pour répondre à vos questions. Je vous propose de nous transmettre par mail, à la.note.bleue@hotmail.fr, votre numéro de téléphone. Je vous rappellerai ensuite au plus vite.

      À très vite,

      Aude Réhault

  3. Manon says:

    Bonjour,
    Ayant besoin d’un avis et de conseils, je m’adresse à vous aujourd’hui…
    Voila, je souffre d’anorexie depuis 8ans, et j’ai l’impression que je n’arriverais jamais à m’en sortir…A tout juste 20ans,je fais 22kilos pour 1métre48, malgré de nombreuses hospit’ et des suivis psy rien ne semble évoluer, au niveau de mon comportement alimentaire.J’ai tjrs aussi peur de passer à l’acte, de m’alimenter suffisamant.Pourtant ce n’est pas l’envie qui manque!
    Heureusement, tout n’est pas négatif, puisque je me sens mieux dans ma tête…de ce côté là, la situation à un peu évoluée, notamment grâce au soutien de mes amies, mes aussi parce que j’ai murie dans ma tête…enfin, ce sentiment vient également du fait, qu’avec mes parents, les relations sont plus agréables (on discute davantage ensemble),depuis que j’ai quitté la maison pour aller faire mes études sur Rennes(je suis en termL option ArtP-une de mes passions-au CMP de Beaulieu.Peut-être avez vous déjà entendu parler?).Du coup, on à pris de la distance, les uns et les autres, mes parents se sont rapprochés, et de mon côté, j’ai pris un peu d’indépendance, puisque je vis seule dans un studio, et les choses se déroulent plutôt bien.
    Mais voila, j’ai beau me battre tous les jours; aller voir des psy ou passer par des hospit'( dans des centres plus ou moins spécialisés…le dernier en date, était celui de la clinique St Yves, à Rennes.J’y suis restée 8mois!!)qui durent des mois et des mois, pour en resortir avec qques kilos, certe, mais que je n’arrive jamais à garder.Alors, je me dis:A quoi cela sert de me retrouver entre  »4 murs », pendant une durée interminable, si cela ne fait pas avancée vraiment la situation?Car, en ce moment, je sais qu’il faudrait que je demande une hospitalisation, mais je ne peux m’y contraindre, pour cette raison, mais aussi parce que j’en ai plus qu’assez de passer la majeur partie de ma vie, dans ce genre de lieux, pour presque pas d’effets!
    Du coup, j’aimerais savoir si une autre méthode, qui m’apporterait davantage, existe?Suis je condamnée à vivre ainsi!?
    Rien que cette pensée me fait frissonner car, sans ces peurs de m’alimenter davantge, la vie n’est pas si horrible; je suis passionnée par énormémént de chose(la lecture; la musique;l’écriture; la déco…)et on pourrait dire que je quand j’entreprend qqch, je m’y plonge pratiquement à 100%!Même, mon pére dit qu’il ne comprend pas prk je n’arrive pas à aller mieux, car je ^croque la vie…
    J’espére que vous pourrez m’aider,pour qu’on puisse revivre, ma famill et moi.Merci!

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,

      Tout d’abord, la volonté ne semble pas vous manquez… mais il semblerait que ce soit plutôt l’ambivalence (symptômes de la maladie) qui vous parasite.
      Vous semblez être en survie actuellement avec un poids qui chute et qui est relevé durant les hospitalisations. Cette répétition continuelle doit en effet être désespérante. Surtout qu’au final, le poids n’est pas le réel problème dans cette maladie, mais un révélateur, la conséquence d’une souffrance et de dysfonctionnements spécifiques…
      Réussissez-vous à affronter ses difficultés ou tout est focalisé sur le poids? Que vous dise les soignants concernant les rechutes? Ont-ils une explication?
      D’après ce que vous me décrivez, vous semblez n’effectuer qu’une prise en charge de « survie alimentaire » (êtes vous suivi par une diététicienne ou un nutritionniste après hospitalisation pour une stabilisation?), et de psy. Donc cela semble revenir à un simple suivi psy entre coupé de passage à l’hôpital pour du « gavage »…? Le suivi psy seul NE SERT A RIEN. Moi-même psychologue je me rends bien compte que les personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire nécessitent un suivi plus complet que cela.
      La clef reste la synergie de la prise en charge sur le plan alimentaire ET psy ET corporel. Si l’on vous fait prendre du poids, sans que cela vienne de votre démarche; que vous voyez un psy qui ne pourra pas avancer tant la prise de poids et/ou les angoisses alimentaires sont grandes (donc vos capacités d’introspection peuvent être diminuées); et que l’image que vous avez de votre propre corps reste déformée et que vous n’y touché pas… L’avancé vers la guérison semblent en effet compromise.
      Pour répondre à votre question « est-ce que vous avez une chance d’aller mieux », OUI. Mais tout dépend de ce que vous allez décider de faire. Vous savez qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas dans votre prise en charge actuelle…qu’est-ce que c’est? les soignants n’auront peut être pas la réponse à cette question. Il faut que vous réussissiez à ressentir et comprendre ce qu’il vous manque. C’est vous qui savez et personne d’autre. Vous aurez beau aller voir les plus grands spécialistes, ils auront quelques réponses à vous donner (comme celle d’entamer une prise en charge corporelle, alimentaire et psy dans le même temps), mais il faut que vous réussissiez à vous faire confiance, travailler en équipe avec ceux qui vous prennent en charge, expliquez leur ce qu’il semble manquer, ce qui fonctionne avec vous, ce qui ne fonctionne pas avec vous… en essayant de combattre cette ambivalence qui est peut être en vous.

      J’espère avoir répondu à vos questionnement. N’hésitez pas à m’envoyer un mail à la.note.bleue@hotmail.fr en me donnant vos coordonnées pour vous appeler si les choses ne sont pas très claires, et si vous souhaitez en discuter.

      Bon courage,

      Aude Réhault

      • Manon says:

        bonjour,
        Je viens de me me rendre compte, pensant que mon message ne vous étiez pas parvenu, que je l’ai posté 2fois.Et là, à l’instant, je viens de vous envoyer un mail, avec les même propos, donc n’en tenez pas compte!
        Du coup, je vous remercie pour votre réponse qui, cependant me parait un peu flou…en effet, vous avez raison, je ne comprend pas tout…mais, je prendrais le temps de vous envoyer mes coordonnées pour que vous puissiez me contacter.
        Bonne soirée, et encore merci.

  4. Manon says:

    Bonjour,
    Comme j’ai besoin de conseil, et d’une autre vision de ma situation, je prend le temps de vous adresser ce message..
    Je suis anorexique depuis maintnant 8ans…et j’ai l’impression que je ne n’arriverais jamais à aller mieux!
    Aujourd’hui, j’ai 20ans; je fais 1m48 pour 22kilos et je passe une majeur partie de mon temps dans les hôpitaux(la derniére remonte à Octobre 2010, sur Rennes.Restée pdt 8mois!), sans que cela ne change vraiment la sitution, à part le poids bien sûr!
    En effet, bien que psychologiquement cela va quand même mieux(plus ouverte; plus souriante…) car, je suis soutenue avec des psy; mes amies,mes parents avec lesquels les relations se sont améliorées, depuis que je suis partie de la maison, en Septembre 2011, pour mes études(je suis en TermL option Art P, au CMP de Beaulieu de Rennes),le poids, lui, ne suit pas.A chaque fois, c’est la même chose qui se produit: je reprend durant un séjour hospitalier(notamment, parce que j’ai le NED…aussi que je remonte dans mon parcours de malade, j’ai eu à la supporter..), puis une fois dehors, mon poids rechute, petit à petit!Je n’arrive pas à le garder, et cela me fatigue.Davantage maintenant car, j’ai envie de parvenir à m’alimenter plus, pour que le poids remonte, mais je n’arrive pas à passer à l’acte.Les peurs sont trop présentes..Comment faire pour qu’elles soit moins là?J’ai beau consulter des psy, rien ne semble changer…parfois, cela me désespére.Je ne souhaite pas finir ma vie avec  »elle »!
    Je sais qu’à mon stade, je devrais être hospitalisée, mais je ne peux m’y contraindre…depuis mes treize ans ma vie ce resume, presque, à ces incessants allés retour dans des instituts plus ou moins spécialisés, pour peu d’évolution.Voir, aucun changement.Alors, je me dis que cela ne sert pas à grand chose que je renouvelle l’expérience..peut-e^tre qu’ils existent d’autres moyens qui m’apporteraient plus?Pensez vous que j’ai une chance d’aller mieux?Je suhaite tellment que se soit le cas, pour pouvoir poursuivre mes études, continuer à faire des choses que j’apprécie( sorties avec mes amies; lire; dessiner-l’art me passionne-; écrire-des poémes ou textes poétiques, notamment-la photographie;)-d’ailleurs, en écrivant cela, mon pére à tendance à trouver que je suis qqun qui  »croque la vie à pleine dents », je suis à 100%dans tout ce que j’entreprend…comme si j’avais peur que la vie s’arrête du jour au lendemain;ou que je souhaitais rattraper le temps perdu..-et enfin que ma famille soit heureuse, et fiére de moi!
    J’éspére que vous pourrez m’apporter des solutions..Merci.

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,

      Tout d’abord, la volonté ne semble pas vous manquez… mais il semblerait que ce soit plutôt l’ambivalence (symptômes de la maladie) qui vous parasite.
      Vous semblez être en survie actuellement avec un poids qui chute et qui est relevé durant les hospitalisations. Cette répétition continuelle doit en effet être désespérante. Surtout qu’au final, le poids n’est pas le réel problème dans cette maladie, mais un révélateur, la conséquence d’une souffrance et de dysfonctionnements spécifiques…
      Réussissez-vous à affronter ses difficultés ou tout est focalisé sur le poids? Que vous dise les soignants concernant les rechutes? Ont-ils une explication?
      D’après ce que vous me décrivez, vous semblez n’effectuer qu’une prise en charge de « survie alimentaire » (êtes vous suivi par une diététicienne ou un nutritionniste après hospitalisation pour une stabilisation?), et de psy. Donc cela semble revenir à un simple suivi psy entre coupé de passage à l’hôpital pour du « gavage »…? Le suivi psy seul NE SERT A RIEN. Moi-même psychologue je me rends bien compte que les personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire nécessitent un suivi plus complet que cela.
      La clef reste la synergie de la prise en charge sur le plan alimentaire ET psy ET corporel. Si l’on vous fait prendre du poids, sans que cela vienne de votre démarche; que vous voyez un psy qui ne pourra pas avancer tant la prise de poids et/ou les angoisses alimentaires sont grandes (donc vos capacités d’introspection peuvent être diminuées); et que l’image que vous avez de votre propre corps reste déformée et que vous n’y touché pas… L’avancé vers la guérison semblent en effet compromise.
      Pour répondre à votre question « est-ce que vous avez une chance d’aller mieux », OUI. Mais tout dépend de ce que vous allez décider de faire. Vous savez qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas dans votre prise en charge actuelle…qu’est-ce que c’est? les soignants n’auront peut être pas la réponse à cette question. Il faut que vous réussissiez à ressentir et comprendre ce qu’il vous manque. C’est vous qui savez et personne d’autre. Vous aurez beau aller voir les plus grands spécialistes, ils auront quelques réponses à vous donner (comme celle d’entamer une prise en charge corporelle, alimentaire et psy dans le même temps), mais il faut que vous réussissiez à vous faire confiance, travailler en équipe avec ceux qui vous prennent en charge, expliquez leur ce qu’il semble manquer, ce qui fonctionne avec vous, ce qui ne fonctionne pas avec vous… en essayant de combattre cette ambivalence qui est peut être en vous.

      J’espère avoir répondu à vos questionnement. N’hésitez pas à m’envoyer un mail à la.note.bleue@hotmail.fr en me donnant vos coordonnées pour vous appeler si les choses ne sont pas claires, et si vous souhaitez en discuter.

      Bon courage,

      Aude Réhault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *