Anorexie ou Boulimie

Ce n’est pas parce qu’une personne a des crises de boulimie que celle-ci est boulimique. Il peut aussi s’agir d’anorexie mentale avec crise de boulimie.

De même, les personnes qui souffrent d’anorexie ne sont pas de fait forcément squelettiques, et peuvent se nourrir normalement d’apparence, devant les autres de manière ponctuelle, et les conduites compensatoires vont permettre à la personne de contrôler le poids.

 

L’anorexie et la boulimie ne se distingue alors plus très facilement. Dans le langage courant, l’anorexie c’est quand on ne mange pas et la boulimie c’est quand on mange trop et qu’on se fait vomir.

Tout d’abord, la boulimie, ce n’est pas forcément quand on se fait vomir mais quand il y a une quantité importante de nourriture ingérer, suivi d’un sentiment de honte et de culpabilité. La boulimie est avant tout un comportement.

Quant à l’anorexie, la restriction alimentaire peut être cachée par des comportements « apparemment adaptée », où la personne va se nourrir devant les autres en compensant par la suite avec des vomissements par exemple. Il y a aussi la personne qui souffre d’anorexie avec crise de boulimie qui va alterner des périodes plus ou moins longues de restriction alimentaire avec des crises de boulimie.

Mais l’anorexie et la boulimie, en tant que comportement, sont souvent liés, comme une photo et son négatif. Selon les recherches actuelles, 50% des personnes souffrant d’anorexie restrictive évoluent vers la boulimie (le comportement, pas forcément la boulimie nerveuse). Le chemin inverse est en revanche extrêmement rare. C’est pourquoi certains praticiens et chercheurs estiment l’anorexie et la boulimie comme l’évolution d’un même trouble. La restriction démarrerait le trouble qui évoluerait vers la boulimie.

Anorexie ou boulimie? Cette question fait référence à 2 comportements différents. La question que l’on peut alors se poser est : qu’est ce que l’anorexie mentale et la boulimie nerveuse?

Selon la classification médicale, l’anorexie mentale se décline en 2 groupes : de type restrictif, ou avec crise de boulimie. Alors qu’est ce qui différencie l’anorexie mentale avec crise de boulimie, de la boulimie nerveuse? Il y a une alternance de restrictions alimentaires dans l’anorexie avec crise de boulimie (au travers de régime, sport à haute dose, dépense d’énergie en montant les escaliers plutôt que l’ascenseur…). En clair, il n’y a pas de boulimie nerveuse quand les crises de boulimie s’inscrivent dans un tableau clinique d’anorexie mentale.

Au final, l’important n’est peut être pas la classification d’un comportement, mais plutôt ce qui se passe au niveau psychologique. Et on se rend compte que des fonctionnements identiques se retrouvent dans le mental, mais surtout qu’une grande souffrance se cache derrière ces comportements et n’est malheureusement pas toujours entendue.

 

8 Responses to Anorexie ou Boulimie

  1. Alice says:

    Bonjour,

    J’écris ce message parce que je cherche désespérément un contact, quelqu’un avec qui je pourrais discuter par mail de mon problème de boulimie. Je cherche à arrêter, ça m’agace véritablement de ne pas pouvoir maîtriser mes crises qui ont lieu au moins une fois par semaine. Parfois, j’arrive véritablement à ne pas en avoir, pendant une longue période puis je retombe dedans. Ca devient un véritable enfer… Est-ce que quelqu’un peut m’aider ?

  2. Kelly says:

    Ma meilleure amie est anorexique boulimique. Je ne sais pas quoi faire pour elle. J’ai l’impression de ne pas réussir à l’aider et de ne pas réussir à la soutenir comme il le faudrait.
    Je crois sincèrement qu’elle peut s’en sortir, mais elle n’y croit pas du tout.
    Elle a parfois tendance à dire qu’elle n’est pas malade, mais parfois elle l’avoue totalement. J’ai peur de ce qui pourrait lui arriver si elle continue comme ça. Elle repousse toujours les limites. Elle avait arrêté de se faire vomir quand elle a commencé à perdre ses cheveux mais a recommencé, elle pensait que le jour où elle vomirait du sang alors elle aurait vraiment peur, mais au final ça n’a rien changé. Elle n’a aucune considération pour sa propre vie.
    Elle voit une psy spécialiste des TCA, et elle pense sérieusement à se faire hospitaliser, ce qui serait une bonne chose si elle le faisait pour se prendre en main, sauf qu’elle ne veut se faire hospitaliser que pour ne plus être un poids pour ses parents.
    J’ai parfois du mal à savoir quoi lui dire, je ne sais pas la conseiller correctement, et j’aimerais savoir s’il y a quoique ce soit que je pourrais faire pour l’aider ?

    • Aude REHAULT says:

      Bonsoir,

      Il est très compliqué pour vous de l’aider. La souffrance qu’elle ressent est difficilement compréhensible pour les autres et parfois même pour elle, alors en parler…! N’oubliez pas que l’ambivalence fait partie de son fonctionnement actuel ; ce qui explique ces changements d’avis ou de ressentis. Je vous renvois à cette page pour mieux comprendre le fonctionnement psychique de votre amie :
      Ce que vous pouvez faire c’est continuer à être là pour elle. La Soutenir et la guider. Vous pouvez éventuellement lui parler de ce blog. Concernant son hospitalisation, la raison qu’elle vous donne n’a pas tellement d’importance du moment qu’elle continue les démarches de soin.
      vous pouvez aussi vous assurer qu’elle est bien dans un suivi pluridisciplinaire psy, diététique et corporel, c’est INDISPENSABLE!
      Enfin, n’hésitez pas à participer auxx groupes de parole organisés pour les proches dans les association ; cela peut vous aider aussi. Si vous êtes à Paris nous en organisons régulièrement. Je vous renvois à notre onglet « pour l’entourage ».
      Bon courage,

      Aude Réhault

  3. TAWFIK says:

    Merci Aude!

    Je regrette ma réponse tardive…!! Votre proposition pour vous contacter est-elle encore d’actualité ?

  4. Eva TAWFIK says:

    Peux-on retomber dans l’A. quand on y a déjà été ? Je pose la question car je me suis fait vomir il y a quelques jours…. après 7 mois de rémission!
    En effet, en janvier je pesais 37kg et j’ai pris 15 kg en 2mois! Au mois de mars 2013, je faisais donc 50kg, tout comme maintenant mais je voudrai en perdre un peu…

    • Aude REHAULT says:

      La guérison n’est pas une question de poids. Ce n’est pas parce que vous avez pris du poids et/ou que vous avez de nouveau vos règles que vous êtes guére…
      Il ne faut pas oublier qu’il est surtout question du mental anorexique. C’est le fonctionnement psychique et un trouble de l’image corporel qui sous tendent les comportements alimentaires. Il est donc important de travailler sur le psy et le corps. L’avez vous fait?
      Ainsi, les « rechutes » correspondent peut être à un moment difficile de votre vie, mais il signale peut être aussi que tout n’a pas été traité. Gardez vous des pensées obsessionnelles? Etes vous toujours hyperactives? Dans le perfectionnisme? L’hyper exigence? Portez vous encore un masque qui vous isole?…
      Au final, vous devez sentir si vous êtes libre ou encore prisonnière quelque part de ce fonctionnement…
      N’hésitez pas à nous contacter par mail ou par téléphone si vous souhaitez de l’aide pour mieux comprendre. Nous pouvons vous rappeler et en discuter ensemble.

      Bon courage,

      Aude Réhault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *