Contact

La Note Bleue à Paris :

Un numéro de téléphone : 01.45.53.38.39

Une adresse mail : la.note.bleue@hotmail.fr


La Note Bleue à Nantes : 

Un numéro de téléphone : 07.83.11.25.05

Une adresse mail : lanotebleuegrandouest@gmail.com

35 Responses to Contact

  1. Emmanuelle Choin says:

    Je vis depuis 2ans avec mon compagnon qui souffre d’anorexie boulimie et depuis ,1an,on se bat ens pour nous en sortir…je n’en peux plus…hier à nouveau crise d’hyperphagie…le suivi est aléatoire car ds le public,il y a un manque de personnel et ds le privé..comment trouver les bonne personnes….je suis en Moselle…on ne parle jamais des hommes…qui ont ces troubles…je suis plus âgée q lui,c pr cela q j’ai tenu aussi longtemps ms je commence à dvper des troubles dépressifs et ne voit plus aucune sortie…je m’enfonce ds le noir…

    • Aude REHAULT says:

      En effet, la vie est rendue très compliquée pour l’entourage. Je vous conseille fortement de trouver des groupes de parole pour les proches, ou un psy pour que vous puissiez être aidé dans l’accompagnement.
      Quant au fait que cela touche aussi les hommes, il est vrai que c’est plus rare, donc on n’en parle moins. Mais la souffrance est tout aussi grande.
      Avez vous contacter les associations les plus proches de chez vous pour trouver des spécialistes ou des groupes?
      Je vous conseille de contacter l’association Autrement : https://www.anorexie-et-boulimie.fr/
      Ne restez pas seuls face à ça. Cela peut détruire la personne concernée mais son entourage aussi, en effet.

      Aude Réhault

  2. Céline m says:

    Bonjour c’est la première fois que je vais me confier
    Je suis boulimique non vomitive depuis mon adolescence et depuis 7 ans les excès sont devenus plus importants j’ai pris 30kg.
    je me sens coupable impuissante je ne sais pas comment faire à qui en parler j’ai honte
    Dire que les souffrances de mon adolescence et celle de ma vie d’adulte sont responsable sont des excuses car je suis consciente que ce que je fais est mal…mais je n’arrive pas à lutter…parfois une journée se passe et je reprends espoir mais le lendemain c’est reparti…j’ai eu une enfance heureuse mais privée de toute liberté…une maman très protectrice et un papa aimant mais qui nous a élevé à ancienne…obéissance…pas de sortie avant mes 20 ans même pour un anniversaire un dimanche…et puis une relation amoureuse très douloureuse avec un homme plus âgé que j’ai aimé mais qui m’a trompé durant 5 années qui me faisait sans cesse des remarques sur mon physique…des questions pourquoi me trompent il c’est de ma faute alors j’ai consulté un sexologue qui a abusé de moi…j’ai beaucoup souffert au collège au lycée les moqueries ma timidité et j’ai rencontré ma meilleure amie qui m’a donné confiance en moi ma sortie de la solitude…une protection…et deux ans et demi plus tard à fin du lycee elle decede dans un accident de voiture…tout est lourd trop lourd alors je prends des cachets mais ma petite soeur sens ma détresse et m emene chez ses beaux parents…ils appellent pompiers…elle m’a sauve…les années qui ont suivie ont ete difficile…on m’a annoncé quil serait très compliqué pour moi d’avoir un enfant je passe les détails…j’ai naviguer de relation ou j’étais amoureuse et où je souffrais car les personnes se moquaient de moi…des relations ou j essayais juste d’avoir les hommes et une fois chose faite je passais à autre chose..je regrette tellement cette période de ma vie..et il y a 7 ans j’ai rencontré mon homme relation d’amour mais d’explosion de disputes…nous avons deux tempérament de feux…mon ami est atteint d’une maladie dégénérative grave et tumeur au cerveau qui ne grossit pas…7 année angoisse de questions de peur mais aussi de moment merveilleux avec notre petit ange qui a maintenant 4 ans…et oui après x interventions traitement et echec une petite fille mon bonheur mon rayon de soleil..et je me sens encore plus coupable car je me dis que je ne veux pas qu’on se moque d’elle à cause de mes kilos je veux qu’elle soit fière de sa maman…depuis que je suis avec mon homme je lui fais vivre un enfer je le repousse constamment…dans notre intimité…peut on parler intimité…je ne veux pas qu’on me touche ça me degoutte…je m’en veux…je ne comprends pas pourquoi je suis comme ça…pourquoi je fais souffrir mon corps avec ces kilos…pourquoi je n’ai plus aucune envie d’intimité…pourquoi pourquoi pourquoi….je me renferme et prétexte d’autres raisons à la vue des autres car c’est honteux et je m’en rends compte…mais comment…que dois-je faire…je ne sais pas…plus les semaines passent plus je sombre et moins je vois…

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,
      Votre témoignage est très touchant… Je n’imagine pas les souffrances que vous avez pu vivre et celles que vous vivez.
      Je ne sais pas si vous êtes suivie aujourd’hui. Mais au vu de ce que vous écrivez, le suivi pluridisciplinaire semblerait être une grande piste pour vous. Vous l’écrivez vous-même, les sphères diététique, psychique et corporelle sont mise à mal. Le pourquoi ne semble pas être vraiment la question qui importe maintenant. Mais surtout comment faire pour vous sortir de ce cercle infernal.
      Je ne sais pas où vous habitez. Il vous faudrait des spécialistes des troubles alimentaires.
      Si vous souhaitez vous pouvez m’envoyer un mail pour que l’on échange plus longuement, peut être par téléphone. Voici mon mail : arehault@gmail.com
      Et vous pouvez regarder sur le site de l’association Autrement : https://www.anorexie-et-boulimie.fr/annuaire-des-therapeutes.htm pour trouver des spécialistes.
      Vous êtes manifestement une femme forte, une battante. Il est nécessaire de vous aider à tourner votre énergie vers la vie et non plus la survie.

      Aude Réhault

  3. Manon says:

    Je me sens heureuse , je m’aime enfin ( ou du moins plus qu’avant : il y a 5 mois je me haïssais ), j’ai ma famille qui m’aime des amis, des études qui me plaisent et où je suis performante , un équilibre entre mes loisirs , ma vie sociale et mon école . Je ris , je recommence à chanter , je danse , je m’en fiche du regard des autres ou de ce qu’ils peuvent bien penser , bref tout va bien . Ce n’est pas idyllique mais voilà. J’ai des TCA depuis mes 13 ans . J’ai débuté par l’anorexie puis l’anorexie-boulimie puis l’hyperphagie. J’ai pris énormément de poids . Trop . J’ai décidé de faire un régime mais quelque chose de sain , d’équilibre bref comme je suis calée au niveau alimentaire ( je ne vous raconte pas le nombre d’hospitalisations et de rdv avec la diététicienne ) je pensais faire ça juste . 25 kilos et 5 mois plus tard j’ai un poids normal . Je continue à perdre du poids au rythme de un kilo par semaine . Je n’ai plus envie de manger et j’ai rarement faim. J’ai fait des analyses sanguines chez le medecin et tout est ok . Aujourd’hui j’avais de sérieux vertiges toute la journée . Ce soir j’ai faim mais je ne mangerai pas car j’ai un coup de blues et je n’ai pas la motivation pour manger . On m’a parlé de stress, de dépression mais j’ai globalement bon moral et en cas de stress j’ai tendance à manger beaucoup et non l’inverse. Je me sens emprisonnée dans mon manque d’envie permanent de manger . Perdre du poids me fait plaisir mais pas comme ça . Je sais que ça n’est pas correct . Mon psy commence à m’énerver sérieusement alors je ne peux pas me confier à lui et je n’ai pas le courage de trouver d’autres thérapeutes , quels qu’ils soient . Je sais qu’on ne peut pas vivre sans manger mais ça m’arrangerait bien du coup . Et je sens le regard de ma mère sur mon assiette quand je vais chez elle ( j’ai 22 ans et je vis seule ) . Je lui ai expliqué que ces derniers temps j’avais moins faim mais ça fait déjà 3 mois . Que faire ? Me forcer à manger ? Surtout que j’ai des maux de ventre dès que je dépasse la moitié d’un repas normal .
    Je précise que je vis en Valais en Suisse

    • Aude REHAULT says:

      Vous sentez que le danger monte. Je n’aurais qu’une chose à vous dire : chercher de l’aide. Ne restez pas seule face à cela. Plus vous attendez, plus ce sera long et difficile. Vous forcer en tant que tel ne résout pas le problème. Il y a tout un juste équilibre à trouver pour avancer, entre la gestion du psychologique et de la réalimentation, et les sensations corporelles.
      Il vous faut un suivi psy/diet/corporel pour pouvoir sortir des TCA une bonne fois pour toute. La guérison existe! Si vous voyez seul un psy ou seule une diet, ça ne sert à rien. Il faut ce travail thérapeutique en synergie. C’est-à-dire constituer une équipe autour de vous pour vous soutenir, vous guider.
      Pour trouver les thérapeutes spécialistes, vous pouvez vous tourner vers les associations plus porches de chez vous.

      Aude Réhault

  4. Sabatier says:

    Je suis anorexique depuis l’âge de 14 ans j’en ai 36 ans aujourd’hui et je pèse 30 kilos pour 1m69 j’ai plus envie de vivre

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,

      Je n’ose imaginer le désespoir que vous devez ressentir. Cela fait si longtemps que vous souffrez de ces troubles… J’imagine que vous avez déjà consulter des thérapeutes pour guérir…
      Je ne sais si cela peut vous aider, mais de mon expérience, souvent les personnes qui souffrent de ces troubles depuis aussi longtemps que vous, n’ont jamais eu une trajectoire de soin pluridisciplinaire. Il est INDISPENSABLE d’être suivi en même temps sur le plan psy, alimentaire et corporel. C’est la synergie de ce type de suivi qui permet de former une véritable équipe, avec vous, pour sortir de cette torpeur…
      N’hésitez pas à nous contacter par mail ou téléphone si vous avez besoin…

      Je vous souhaite, de tout mon coeur, bon courage.

      Aude Réhault

    • Ludivine says:

      Bonjour. Je m’appelle ludivine j’ai 26 ans et je suis actuellement hospitalisée en clinique psychiatrique ( clinique sainte Monique à Saint quentin 02) pour boulimie. Cette clinique n’étant pas spécialisé dans les TCA, j’ai pour projet d’être transférer vers la clinique du littoral ( selon les places disponibles ),mais ce que je lis comme témoignage me fais un peu peur. Connaissez vous cette clinique ? Savez vous si les règles sont adaptés selon chaque patient? Téléphone, visites…
      Sinon, avez vous des adresses d’autres clinique ou instituts pour la prise en charge de la boulimie. Dans le Nord et sur Paris . Cordialement

      Ludivine

  5. Maria says:

    Bonsoir,

    Je me permets de vous contacter car je ne sais plus quoi faire. Je suis en dépression depuis 6 mois et depuis le mois de février j’ai commencé à perdre du poids. Pour la dépression j’étais suivi par mon médecin généraliste, une psychologue et une hypnothérapeute qui est également nutritionniste.
    Pendant un long moment j’ai tout simplement menti à ces personnes en disant que je n’arrivais pas à manger parce que j’avais des nausées, l’estomac noué etc. Alors qu’en fait je me refuse de manger. Il y a deux semaines je leur ai dit la vérité parce que ça devenait trop compliqué. Depuis février j’ai maintenant perdu 22 kilos. Mon hypnothérapeute/nutritionniste ne sait plus quoi faire et ne peut plus m’aider. Je vois toujours ma psychologue avec qui on a trouvé de possibles raisons. Et je vois mon médecin chaque semaine maintenant pour la pesée. Mais elle ne sait plus trop quoi faire non plus.
    Qu’est-ce que je peux faire??

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,

      Félicitations pour votre courage! Il est si difficile, souvent à cause de la honte ou de la culpabilité, de parler des troubles alimentaires… Vous avez déjà franchie une grande étape en en parlant. A présent, il est nécessaire de mettre en place une trajectoire de soin adéquate pour guérir.
      Il s’agit de mettre en place un suivi pluridisciplinaire : diététique, psy, corporel. Et il est très important de trouver des spécialistes dans ces domaines. L’idéal est de trouver une équipe de spécialistes déjà constituée, c’est-à-dire des gens qui travaillent ensemble sur ces problématiques.
      En parrallèle, je vous conseille fortement les groupes de parole. Cela est souvent effrayant au départ, mais une fois le cap franchi de la 1ère fois, le mieux être se fait sentir très vite. Cela a un grand effet libérateur de pouvoir en parler librement, ou simplement d’écouter des personnes qui souffrent de la même chose. Et c’est aussi un accélérateur certain dans le soin.
      Je vous propose de nous contacter par mail pour pouvoir vous aider à trouver des spécialistes là où vous habitez. la.note.bleue@hotmail.fr

      Bonne continuation,

      Aude Réhault

  6. fruchart simon says:

    Bonjour,
    Je connais dans mon entourage une jeune fille de 13ans qui souffre d’anorexie sévère à savoir grosse perte de poids (jusque 36kg),déscolarisation, agressivité physique avec elle même et son entourage, aucune communication avec la psychologue, au point que l’on craint le suicide. L’hôpital de st Vincent sur Lille ne propose que des RDV mais pas d’hospitalisation. Que faire et ou se faire soigner ? Les parents soit désemparer et n’ont aucun retour des RDV qui ont lieu avec l’enfant chez qui les crises d’angoisses sont de plus en plus nombreuses malgré les calmants . Y a t’il dans le nord ou en France ( Paris) un établissement ultra spécialisé qui accepterez de la prendre en charge en l’hospitalisant? Quel est la démarche à suivre?
    Merci pour votre aide car on a vraiment l’impression qu’aucun médecin ne peut l’aider jusqu’à présent.

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,
      Pour ce qui concerne la France, vous pouvez regarder l’annuaire de la FNA-TC disponible par internet.
      Pour Paris, vous pouvez contacter la Maison de Solenn, l’hôpital Debré, la CMME de Sainte Anne. Il y a aussi les cliniques privées : la clinique du Château de Gârches et la Villa Montsouris.

      N’hésitez pas à proposer à ses parents de nous appeler ou nous envoyer un mail. Nous pourrons les aider dans les démarches d’accompagnement aux soins.

      Aude Réhault

  7. Chérazade says:

    Bonjour, je suis maman d’une jeune fille de 21 ans, elle faisait 68kg pour 1,68. D’après elle, elle se fait vomir pour perdre du poids depuis janv 2014. Je m’en suis aperçue en mars. Elle est arrivée à se faire vomir jusqu’à 7 fois par jour. Elle a atteint 52 kg en mai. Elle est toujours énervée et agitée, début avril elle s’est auto-mutilée, refusant le médecin, à exiger de se faire tatouer. Le 22 avril elle a été examinés par un psychothérapeute (Dr Barbier) et mise sous Seroplex 20mg/j. Le 17 juin par un nutritionniste. Aujourd’hui elle mange, a repris du poids et pèse 55kg, mais elle reste énervée et agitée pour un oui ou pour un non, se fait vomir sous prétexte de  »rage ». Revue par son psychothérapeute, elle a été mise sous Tégretol depuis le 28/06 et orientée vers l’hôpital saint Anne à la CMME.
    Son agitation peut -elle etre due a l’anorexie? ou cela correspond plus à une dépression sans rapport avec une anorexie?
    Pourriez vous me conseiller comment me comporter avec elle? et vers qu’elle comportementaliste puis je m’orienter à Paris?

    Merci d’avance pour votre aide

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,

      Vos questions sont de l’ordre du diganostic et nous ne pouvons y répondre comme cela. Sachez que l’agitation dont vous parlez peut être lié à un ensemble de choses. Que l’on parle d’anorexie, de dépression ou de je ne sais quel autre diagnostic, la seule chose importante c’est que cela exprime une souffrance intense ; il est alors indispensable de l’aider.
      Avec les éléments que vous me donner, ce que vous avez à faire c’est de l’accompagner au mieux dans les démarches de soin, être soutien, l’écouter, la guider pour qu’elle puisse trouver un soin qui lui convienne.
      Concernant les comportementalistes à Paris, je vous renvois vers le site de l’AFTCC : Association Française de Thérapie comportementale et cognitive. Ils ont un annuaire en ligne avec tous les thérapeutes officiels par région. Voici le lien : http://www.aftcc.org/carte_membres

      Aude Réhault

  8. Lafaix says:

    Bonjour je suis anorexique sévère et boulimique vomisseuses depuis plus de 20 ans et je n’arrive pas à m’en sortir je souhaiterais savoir si vous pouviez m’indiquer quelqu’un de bien sur Clermont Ferrand merci de votre réponse cordialement. Je suis à bout j’étais soignée par sonde entérale à domicile mais j’ai déménagé et je n’ai plus celle ci je suis affaiblie par ma restriction d’une part et par mes crises Bv qui durent toute la nuit et surtout en ce moment merci de vos conseils.

  9. Clairette says:

    Bonjour,

    J’ai 25 ans et souffre depuis bientot 12 ans de boulimie. Je vomis tt ce que je mange depuis le début . J’ai meme été hospitalisé deux fois et ai suivis beaucoup de thérapies vraiment infructueuses… J’ai un boulot des amis et une famille qui m’aide à tenir debout mais je sens que je ne vais pas tenir longtemps si je n’avoue pas ma faiblesse…. au fond de moi lorsque je suis seule, les crises de boulimie sont mes seules compagnes . Ces longs moments de solitude et de souffrance laissent place a de la culpabilité . il m’arrive de plus en plus souvent de craquer au travail et de me replier sur moi. Il y a 12 ans j’étais la plus joyeuse et extravertie , maintenant je suis triste et fuyante . J’ai 25ans il est temps de vous demander sincerement de l’aide!
    Que dois je faire ?

    Merci d’avance de l’attention que vous porterez à ma demande .
    Merci

    Clairette

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,

      Avant tout merci pour votre confiance en venant nous demander de l’aide après tout ce temps et après toutes vos difficultés dans vos démarches de soin.
      Je ne sais exactement ce que vous avez pu faire comme type de thérapie ou de prise en charge, mais la clé semble être dans une trajectoire de soin pluridisciplinaire qui associe un travail psychique, diététique et corporel.
      Où habitez-vous? Souhaitez vous que l’on discute pour faire le point sur votre état?
      Je vous propose d’envoyer un mail à la.note.bleue@hotmail.fr pour me transmettre vos coordonnées et je vous rappellerai. Vous pouvez adresser votre courrier à mon nom : Aude Réhault.

      Bien cordialement,

      Aude Réhault

  10. Frederique menini says:

    Bonjour Rita,

    Je suis maman de Justine qui a 16 ans et demi et qui est anorexique. elle perd chaque jour un peu plus et elle est suivie à Paris à l’hôpital Cochin. je ne connais pas les structures sur Lille mais il y a certainement des suivis thérapeutiques possibles, j’en suis convaincue. Vous me semblez si seule! Des groupes de paroles? Vous ne sortirez de votre boulimie qu’avec un travail psy je suis certaine que vous le savez… je ne peux rien faire pour vous si ce n’est vous envoyer toutes mes pensées les plus amicales. C’est une maladie, un trouble, une douleur si profonde! Et votre entourage? L’avez vous évincé? Je reste là, au cas où même si je ne sais pas…. Racontez moi, videz votre sac, ça fait du bien parfois…..
    mes amitiés

  11. pouillie rita says:

    bonjour, je vais avoir 51 ans et je suis boulimique vommisseuse je demeure dans le nord de la France et je suis déjà allée au CHR de Lille pour une hospitalisation. Seulement je n’ai pas pu rester, du fait que je ne peux pas manger 1 journée après mon entrée des quantités énormes de nourriture. Je suis sortie mais je n ai plus de suivi. Le problème pour moi n est plus d’être mince mais vital vu mon âge. J’ai attrapé des polypes sur les cordes vocales, la gencive est attaquée mes dents sont tombées depuis longtemps et là suite à un grand stress j ai reperdu 5 kilos en 3 semaines j en suis à 42 kilos pour 1.65 cm je ne tiens plus debout j ai très mal à la gorge. Excite t-il un endroit o* la prise en charge est moins lourde au niveau des repas, c est à dire des petites quantités sur du plus long terme. là je suis prête à acc^pter sinon pour moi ce n est pas possible. Ma vie est un enfer d’ailleurs je n’ai plus de vie… pouvez-vous m(aider sil vous plaît, c est une bouteille que je jette à la mer.
    Merci.

    Rita.

    • Aude REHAULT says:

      Chère madame

      Nous comprenons votre difficultés pour trouver un lieu correspondant à votre cas et dont les méthodes ne soient ni trop coercitive ni trops brutale. Dans votre cas la meilleur solution serait une prise en charge en ville aujourd’hui , je doute que cela existe sur Lille.
      Si vous pouvez vous déplacer quelquefois sur Paris nous pouvons engagé une trajectoire de soins que nous poursuivrons par Internet ou Skype. Avec la possibilité de trouver des correspondants dans votre ville. L âge n’est pas forcément un facteur péjoratif pour votre guérison et nous nous tenons donc à votre disposition pour vous accueillir.
      Vous pouvez avoir un complément d’information sur notre site sosanor.org

      Dr Alain Meunier

  12. Frederique menini says:

    Bonjour,
    je suis maman d’une jeune fille de 16 ans qui a commencé sa descente aux enfers il y a quelques mois seulement. Justine est suivie par un psychanalyste depuis 4 semaines, il n’est pas spécialisé dans les TCA… Elle sera prise en charge dès la fin mars par la maison des adolescents avec un RV psychiatrie et un RV somatique une fois par mois. J’ai peur, je me suis séparée de son papa il y a un mois, je ne veux pas me culpabiliser par rapport à cette situation mais j’ai peur et je souhaiterais échanger avec des parents qui vivent avec un enfant en souffrance. Je ne dors plus, je suis terrorisée à l’idée de la perdre, je l’aime tellement. J’ai besoin d’aide pour affronter cette situation mais je ne sais ni que lui dire, ni que faire. Merci de …quoi au juste? Merci de me rassurer? de me donner des adresses pour échanger? de me lire simplement….

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,
      Il est en effet difficile de savoir quoi faire…comment être, comment aider au mieux, comment se renseigner, vers qui se tourner…?
      La Note Bleue organise pour cela des groupes de paroles pour les proches, une fois par mois. Elle peut aussi vous mettre en relation avec des psy pour vous aider plus individuellement.
      Je vous propose de nous écrire un mail si vous êtes intéressée par ce groupe à l’adresse suivante : lanotebleue.entourage@gmail.com.
      Bon courage,

      Aude Réhault

  13. krier says:

    Bonjour, je suis ancienne anorexique sévère et toujours boulimique.
    Pouvez vous me dire ou se situe votre association?
    Je suis de Moselle
    Cordialement.

  14. Eprinchard Lucie says:

    Bonjour je voudrais prendre rdv avec vous quelles sont les démarches ,?
    Merci beaucoup j attends votre réponse

  15. helene sophie desfontaines says:

    Bonjour
    ma fille de 21 ans est tombé ds l anorexie, on ne sait plus comment faire pour l aider ,pour lui faire prendre conscience de la situation c est devenue un enfer au quotidien pour son copain , et nous nous sombrons avec elle !!les medecins nous disent de rester a notre place ? on ne comprends pas elle en ai a 40 kg pour 1m72 ! ils nous disent que c qu un chiffre nous on voit un squelette , une morte vivante ! nous habitons le jura elle fais ses etudes a paris , on l a t les jours au téléphone mais la voyons peu . elle a subit un grand choc il y a 4 ans avec le décès de son cousin de 21 ans (rupt d anévrisme)dont elle était très proche , mais elle dis que c pas ca ! elle s est enfermé ds les études…………. on ne c plus quoi faire quoi dire ou pas dire ??ni nous , ni son copain , q est notre place ??????????

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,
      Sans chercher à stigmatiser son poids, il faut réussir à lui parler de sa souffrance. La mort de son cousin ne doit pas être utilisé comme étant la cause de sa maladie, mais il faut la faire parler sur ce qu’elle ressent.
      Si elle est ne se sent pas malade, rien ne sert de la convaincre de quelque chose qu’elle ne perçoit pas. En revanche ce qu’elle perçoit c’est peut être les difficultés qu’elle commence peut être à avoir dans ses études ; est-ce qu’elle a une vie sociale? Se sent-elle isolée?… Pourquoi l’avez-vous tous les jours au téléphone? elle ne se sent pas bien, utilisez ce genre d’informations pour qu’elle puisse accepter d’avoir un rendez-vous avec un psy. Juste pour ces difficultés liées à une potentielle souffrance et non à cause de son poids…
      L’hyperinvestissement des études permet de ne pas regarder ou ne pas ressentir ce qui fait mal…
      Votre rôle est d’accueillir sa souffrance, mais de ne pas tout focaliser sur son poids car de toute façon elle ne le voit pas. Pourriez-vous envisager de prendre un rendez-vous avec elle avec un psy pour un premier contact? Vous vous déplacer à Paris et vous l’accompagner?

      Aude Réhault

  16. Philis Myriam says:

    Bonsoir
    Je suis la mère d une jeune femme de 22 ans qui fait depuis plus de deux ans des crises d hyperplagie .elle avait trouvé sur Marseille une psy qui l’avait super bien aidée et régulée
    Le souci elle est sur paris depuis septembre pour un stage et c est réparti …..
    Elle dit qu elle a pas le temps d aller voir un psy car stage de 9h à 19 h puis le tas de rentrer 20h…
    Je me sens inutile face à son mal être .je viens de voir votre site et je lui ai donné votre tel…..
    Pas facile de loin car moi j habite le var et de la sentir mal me rend mal…..

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,
      Il faut en effet absolument qu’elle consulte. Sa vie doit être aménagée pour pouvoir se soigner. Même si cela lui paraît impossible il y a des possibilités de consulter après son travail… Et l’objectif est de diminuer la souffrance qu’elle ressent pour qu’elle puisse être plus efficace au travail notamment…
      Peut être pourriez vous aller la voir ; une visite de temps en temps pour qu’elle ne se sente pas trop seule ou pour l’accompagner dans ces démarches…?

      Bien cordialement,

      Aude Réhault

  17. raymond says:

    bonjour; ma fille est anorexique depuis l âge de 9 ans et demi et cela fait 3 ans qu’elle a déclenché cette maladie. elle a été hospitalisée plusieurs fois et de longs mois en centre pédopsy
    avec des périodes restrictives en vain ; nous sommes démunis et seuls ; il n’y a pas d’évolution et nous aimerions qu’elle soit suivie dans un centre spécialisé dans les TCA dans notre région: basse normandie ou suivre une thérapie comportementale. pouvez-vous nous guider et nous aider . cordialement

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,
      Je vous conseille de contacter le centre Esquirol de Caen. Un service spécialisé s’est monté il y a peu de temps, mais avec des professionnels de santé qui connaissent cette maladie.
      Si celà est trop loin pour vous, ou si elle ne peut être prise en charge, demandez leur une réorientation ; ils seront plus à même de vous guider sur votre région.

      Bien cordialement,

      Aude Réhault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *