Boulimie Nerveuse

Le DSM IV définie la boulimie nerveuse selon les critères suivants :

  • Crises de boulimie (de manière récurrente)

Une crise de boulimie c’est quoi?

Une absorption, en une période de temps limitée (par exemple moins de deux heures), d’une quantité de nourriture largement supérieure à ce que la plupart des gens absorberaient en une période de temps similaire et dans les mêmes circonstances.

Un sentiment d’une perte de contrôle sur le comportement alimentaire pendant la crise (par exemple sentiment de ne pas pouvoir s’arrêter de manger ou de ne pas pouvoir contrôler ce que l’on mange ou la quantité que l’on mange).

  • Comportements compensatoires inappropriés et récurrents

Ils visent à prévenir la prise de poids, tels que : vomissements provoqués ; emploi abusif de laxatifs, diurétiques, lavements ou autres médicaments ; jeûne ; exercice physique excessif.

  • 2 fois par semaine pendant 3 mois

Les crises de boulimie et les comportements compensatoires inappropriés surviennent tous deux, en moyenne, au moins deux fois par semaine pendant trois mois.

  • Estime de soi influencée par le poids

L’estime de soi dépend, de manière excessive, du poids et de la forme corporelle.

  • Ne survient pas exclusivement pendant des épisodes d’anorexie mentale.

boulimie

  • 2 types de boulimie nerveuse

Soit du type avec vomissements ou prise de purgatifs : pendant l’épisode actuel de boulimie, le sujet a eu régulièrement recours aux vomissements provoqués ou à l’emploi de laxatifs, diurétiques, lavements.
Soit du type sans vomissements ni prise de purgatifs : pendant l’épisode actuel de boulimie, le sujet a présenté d’autres comportements compensatoires inappropriés, tel que le jeûne ou l’exercice physique excessif, mais n’a pas eu régulièrement recours aux vomissements provoqués ou à l’emploi abusif de laxatifs, diurétiques, lavements.

12 Responses to Boulimie Nerveuse

  1. Imola says:

    Bonjour,
    Je vous écris au sujet de mon frère : il a 67 ans, il mesure 1,75 et pèse 115 kgs (il stocke tout au niveau du ventre). Il absorbe des quantités énormes de nourriture pendant les repas. Il est mal à l’aise, conscient de son surpoids qui lui provoque des désagréments tels que douleurs articulaires ou rhumatismes au niveau de la plante des pieds. J’ai oublié de vous préciser qu’il était chef cuisinier et qu’il ne veut pas se mettre au régime classique car « il aime cuisiner de bonnes choses »? Bref! c’est un cercle vicieux car il voudrait maigrir sans se priver de rien. C’est un grand angoissé et depuis quelques années un dépressif qui ne veut pas consulter car il pense qu’il va s’en sortir tout seul. A la moindre contrariété, il se couche et dort des heures pendant la journée… Son surpoids a fait qu’il a fallu lui installer un stend dans une artère coronaire le mois dernier et on l’a prévenu qu’il avait une autre coronaire déjà bouchée et non récupérable, donc, en plus il a l’impression d’être un « grand malade ». Il devient impossible à vivre, se plaint tout le temps et refuse catégoriquement tout conseil. Je ne sais plus quoi faire. Il vit à 600kms de chez moi et s’occupe de notre mère qui a 90 ans et est très difficile à vivre. J’ai peur qu’il fasse une bétise … Auriez-vous un conseil à me donner s’il vous plait? Je vous remercie beaucoup.
    Cordiales salutations

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,
      D’après ce que vous écrivez, il s’agit d’une situation compliquée. S’il refuse toute aide, et ne veut rien entendre, il est malheureusement pas facile de pouvoir l’aider.
      Le fait qu’il ne souhaite pas faire de régime, ni se priver est plutôt humain! Il est important de comprendre qu’un régime dans la restriction n’est pas forcément une solution. Peut-être serai-il possible de lui proposer de consulter afin de réajuster et non restreindre…? Et surtout en gardant la possibilité de cuisiner de bonnes choses!
      Quoiqu’il en soit, forcer quelqu’un à se faire aider n’est jamais une solution. Je vous propose de vous concentrer beaucoup plus sur ce qu’il dit. S’il ne souffre pas de la situation, la proposition d’aide n’a pas de sens. En revanche, concentrez vous sur son discours, posez lui des questions. Est-ce qu’il a des peurs? est-il en souffrance? A-t-il des interrogations sur sa situation…? C’est à partir de cela que vous pourrez éventuellement l’aider ; mais jamais en imposant quelque chose par ce que VOUS avez décidé qu’il n’était pas bien. Refocalisez vous sur lui pour savoir ce qu’il ressent.
      En communication non violente (CNV), on dit : « connect, before correct » : connectez vous avec la personne, avant de chercher à corriger ce que vous estimez n’être pas bon pour lui. Le principe est de favoriser en priorité le dialogue est la compréhension de l’autre, avant de chercher à modifier son comportement ou ses pensées.

      Bon courage à vous,

      Aude Réhault

  2. Bim says:

    Bonjour,

    J’ai 36 ans et Je fais une dépression sévère depuis plus de 4 ans pour laquelle je suis sous traitement médicamenteux et suivie par un psychiatre. J’ai pris environ 13 kg suite à cela car cela a favorisé mon appétit. Je viens de comprendre que depuis 2 ans je me réfugiais également dans la nourriture de mon propre chef. J’ai commencé à développer des complexes qui m’ont entraîné à me faire vomir 4 fois cette semaine. Je ne sais pas si je suis entrain de développer un TCA. Je suis perdue, que dois je faire?

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,

      Se faire vomir 4 fois en une semaine est un signe inquiétant des TCA. Je vous conseille fortement de consulter un spécialiste dans les troubles du comportement alimentaire afin d’évaluer vos difficultés à ce sujet.
      Si vous souffrez d’un TCA, il faut IMPERATIVEMENT un suivi avec des spécialistes. Ce sont des maladies très complexes, et votre souffrance doit être grande et entendu par quelqu’un qui connaît le trouble. Peut être que votre psychiatre connaît ces maladies? Lui en avez-vous déjà parlé?
      Si vous cherchez des spécialistes, n’hésitez pas à nous contacter ou à cherhcher dans l’annuaire de l’AFDAS-TCA.
      Bon courage,

      Aude Réhault

  3. Sylvie says:

    J’ai pris environ 40 kg (je ne me pèse plus…) en moins de deux ans (j’avais beaucoup maigri en six mois « grâce » à un jeûne pratiquement total – j’étais en congé longue maladie et pouvait donc rester au lit sans manger tous les jours), et ai si honte que je ne sors pratiquement plus (je travaille à domicile). Je néglige même mon suivi médical tant j’appréhende l’idée de me faire ausculter. Ce que vous proposez a l’air très intéressant, mais il faut se faire voir, et cela est un véritable obstacle. Je me dis que je vais d’abord maigrir pour récupérer une apparence un tant soit peu humaine, puis vous rencontrer… tout en sachant que cette attitude est ridicule.

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,
      Il est en effet très difficile de faire face parfois à votre image, simplement en rencontrant quelqu’un. Ridicule n’est pas le terme… Cette difficultés est le signe d’une très grande souffrance. C’est vrai qu’il est cependant très important que vous puissiez être aidée, accompagnée dans vos démarches. Plus vous resterez seule et isolée, plus vous vous sentirez mal.
      Votre apparence n’a aucune importance dans notre regard. Le jugement tyrannique vient de votre esprit et non des personnes qui proposent leur aide. C’est parfois difficile de s’en souvenir, mais c’est une réalité.
      Peut être avez vous des personnes de confiance dans votre entourage à qui vous pourriez demander de vous accompagner (voire de vous forcer au moment venu, lorsque l’angoisse montra éventuellement)?
      Surtout ne restez pas seule ; vous êtes humaine, quelque soit votre apparence. L’humanité est dans votre âme, votre esprit, pas dans l’esthétisme…

      De tout mon cœur je vous souhaite bon courage. Et n’hésitez pas à nous recontacter si vous avez besoin.

      Aude Réhault

  4. Genny says:

    bonjour,
    j’ai 43 ans et je suis obsédée par mon poids depuis l’âge de 14 ans. Tous les soirs, toutes les nuits, je me dis que demain je prendrai mon destin en main en mangeant moins. Mais jamais ça n’a changé. Je mange deux à trois fois plus que tout le monde (sauf quand on me voit), je grignotte (ou fais des crises de boulimie, je ne peux pas dire) dès que j’ai du temps libre chez moi ou souvent quand je suis seule dans mon bureau. Je n’ai maigri dans ma vie que les rares fois où je suis tombée amoureuse, dans les 2 premiers mois. Les tentatives de régimes n’ont fait que m’obséder encore plus (avec ou sans médecin).
    Je ne suis pas obèse malgré tout, car je fais entre 15 et 25h de sport (doux) par semaine, en partie parce que j’aime ca mais aussi parce que ca me déculpabilise / compense / pour me rattraper de manger autant.
    Depuis que j’ai arrêté de fumer, j’ai pris 10kg (en 10 ans) et maintenant les médecins me demandent de maigrir car j’ai des problèmes de genou. Impossible, bien sûr puis que j’essaye depuis presque 30 ans.
    Je n’arrive à suivre aucun conseil alimentaire plus d’une journée.
    Je mange a peu près équilibré sans être orthorexique, je suis végétarienne.
    Que faire ?

    Genny

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,
      D’après ce que vous écrivez j’aurai tendance à vous proposer le suivi pluridisciplinaire. Vous semblez avoir des difficultés qu’il faudrait évaluer et vous proposer une trajectoire de soin pour vous accompagner pleinement. Le suivi alimentaire sous forme de coaching peut être utile pour vous éviter de vous poser les questions de quoi manger et en quelle quantité. Même si vous savez déjà très bien, c’est le suivi avec le thérapeute qui compte. L’aspect psychologique serait à travailler aussi, notamment sur les compulsions alimentaires. Et enfin l’aspect corporel pour travailler sur votre rapport avec votre corps. Cet aspect psychologique/corporel et souvent un facteur bloquant dans le type de difficultés que vous semblez avoir.

      Aude Réhault

  5. S says:

    Bonjour,
    vous n’imaginez pas à quel point je suis rassurée de vous lire. Pour la première fois depuis 3 ans, j’ai le sentiment que je ne suis pas irrécupérable.
    Je suis étudiante et je n’ai pas beaucoup de moyens financiers. Quels sont vos tarifs ? Les nutritionnistes, psy, sont-ils remboursés ?
    Merci d’avance pour vos réponses,
    bien à vous,
    S.

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,

      Excusez nous pour le temps de réponse! Nos tarifs habituels sont de 70 euros par thérapeutes et seule le psychiatre est remboursé. Mais vous pouvez prendre un premier rdv est l’équipe pourra vous proposer une trajectoire de soin adaptée. Vous pouvez appeler au 01.34.90.23.54 pour prendre un 1er rdv.

      Aude Réhault

  6. Goldyshi says:

    Bonjour,
    Ex anorexique depuis 2012 je me limitais à 1 bv par semaine depuis 3 ans avec parfois des courtes périodes de bnv qui duraient pas plus de quelques jours, le poids et la rétention d’eau me stoppaient immédiatement.
    J’ai voulu me réalimenter en fevrier et j’ai pris 15kgs en 2 mois en remangeant. Ca m’a totalement traumatisé.
    Depuis j’étais redevenu anorexique avec 1 bv par semaine, mais les périodes de jeune etaient TRES difficile à supporter, irritabilité, insomnies, je fantasmais sur la nourriture toute la semaine et surtout je culpabilisais pour tout. La seule chose « positive » est que j’avais reperdu 10kgs. Mais depuis juin, je crise TOUS les jours. mon poids stagne, je ne perds plus à part à l’aide de laxatifs. Je suis à bout, triste et épuisée. J’avale 3kgs de nourriture tous les soirs et je rampe pour aller vomir. J’essaie d’arrêter mais ca me rend dingue, je ne fais qu’y penser. J’ai l’impression d’être devenue folle. plus mon poids stagne et plus je suis déprimée, découragée, j’ai sans arrêt l’impression de ne rien valoir, je n’attends qu’une chose c’est choper un cancer et mourir pour etre tranquille. je ne pense qu’à la bouffe, qu’à mes crises, je n’ai plus d’amis, plus de vie sociale, je fuis toutes les occasions dès qu’il y a un repas.
    J’ai pourtant essayé de remanger mais ca m’a traumatisé ma prise de poids.. Que puis je faire?? Mon corps est il totalement détraqué??
    Merci

    • Aude REHAULT says:

      Bonjour,
      Votre corps, à force de ces déséquilibres, doit être détraqué. Mais la bonne nouvelle c’est que ça se soigne!
      Il va être important de retrouver un équilibre alimentaire en vous faisant perdre du poids, et tout en douceur. Je pense qu’il y a tout un travail psy pour vous accompagner là dedans qui doit aussi être assuré.
      Faites vous aider parce que le risque est que seule vous vous enfonciez.
      Vous pouvez prendre un rdv dans notre centre SOS Anor. Comme ça on pourra prendre le temps d’en parler et voir ce que l’on peut faire pour vous aider. Soit vous nous envoyé un mail à admin@sosanor.org ou vous appelez notre secrétariat au 01.34.90.23.54. Sachant que si vous n’êtes pas en région parisienne, on s’arrange aussi pour faire des rdv à distance… Histoire de ne pas vous laisser seule avec ça.

      Tenez moi au courant,

      Aude Réhault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *